UNE RÉFORME POUR LA PARITÉ ET POUR LA PARTICIPATION POLITIQUE

Lors de la conférence de presse du 26 mai 2019, organisée par le Mouvement Démocratie Nouvelle (MDN) et  à laquelle l’OQD a  participé, plusieurs organisations de la société civile ont fait valoir l’importance d’inclure la parité comme un enjeu incontournable de la réforme du mode de scrutin du Québec.

«Les groupes de femmes (FFQ, Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec, ainsi que le Comité des femmes de l’Amicale des anciens parlementaires), appuyées par l’ensemble des centrales syndicales (FTQ, CSN, CSQ, CSD, SFPQ, FIQ, APTS, FAE), des groupes étudiants (Solution étudiante nationale pour un scrutin équitable -SENSÉ) et l’Observatoire québécois de la démocratie (UQAM), soulignent que tous les partis politiques du Québec sont maintenant d’accord pour atteindre « une meilleure représentation des femmes au Parlement » et « à ce que la parité dans tous les secteurs de la société soit désormais l’objectif à atteindre », selon les motions adoptées à l’unanimité par l’Assemblée nationale le 3 avril 2019 et le 26 avril 2017».   

Pour plus d’information voir le site du MDN:

https://www.democratienouvelle.ca/actualites/communique-de-presse-la-parite-indissociable-de-la-reforme-du-mode-de-scrutin/

 Vous y trouverez, en plus de la vidéo et du communiqué de presse, le texte de la position commune ainsi que des liens vers tous les articles publiés suite à l’événement.

Ce contenu a été publié dans Actualité, Non classé par Mireille Tremblay. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Mireille Tremblay

Cheminement professionnel Psychologue sociale, membre de l’ordre professionnel des psychologues, Mme Tremblay a oeuvré pendant plus de vingt ans dans le réseau de la santé et des services sociaux au Québec, en tant que psychologue clinicienne d’abord, puis dans le domaine de la planification des services au niveau régional, avant d’occuper le poste de directrice générale de la Fédération québécoise des centres de réadaptation en déficience intellectuelle, puis celui de directrice de la recherche et de la qualité de services dans un Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de la région métropolitaine. Détentrice d’un doctorat en sciences humaines appliquées sur les conditions de la participation démocratiques dans le réseau de la santé et des services sociaux, complété en 2000, elle a poursuivi depuis sa carrière dans le domaine de la recherche et de l’enseignement. Elle a enseigné à l'Université du Québec à Trois-Rivières en communication sociale et en loisir, à l’Université de Sherbrooke en adaptation scolaire et à l’Université de Montréal au certificat en déficience intellectuelle avant d’assumer le poste de professeure en communication et relations humaines, au Département de communication sociale et publique de l’UQAM. Elle est personnellement engagée dans la mouvance démocratique au Québec. Elle est présidente de l’Association internationale de recherche sur le handicap mental (AIRHM), présidente de l’Observatoire québécois de la démocratie (OQD) et présidente du Forum sur la participation et l’organisation des services de santé et des services sociaux (FPOSSS). Champs d’intérêts et réalisation Sa programmation de recherche s’articule autour de la participation citoyenne, de l’éducation à la citoyenneté démocratique et de l’exercice des droits. Évaluation de la participation citoyenne et de l’engagement citoyen, développement des compétences civiques, gouvernance démocratique modalités de mobilisation, d’animation et de consultations publiques font partie de ses champs d’intérêt. Elle a publié plusieurs articles et coordonné des ouvrages collectifs portant notamment sur la gouvernance et la participation démocratique dans le réseau de la santé et des services sociaux et sur la participation sociale et l’éducation à la citoyenneté des personnes ayant un handicap ou des limitations fonctionnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *